Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

A vous de choisir !

>Vigilance Météo
Carte de Vigilance Guide Vigilance
>Actualité Météo
Les News Les Dossiers
>Modèles Numériques
Modèles Numériques Les Comprendre

Recherche

10 mai 2005 2 10 /05 /mai /2005 00:00
                     27/05/05 : records de chaleur   

- 27/05/05 à 21:54
Le maximum d'intensité de la journée est passée, voici quelques relevés de températures les plus élevées grâce aux stations horaires en heures légales:
Le record de Romorantin (31.6°c) est battu, le thermomètre a affiché 32.4°c
31.7°c à Lille à 17h battant de 0.7°c le record (30.9°c)
32.4° à Le Mans (record battu)
32.5°c à Orléans. Le record de 31°c est battu.

Repost 0
10 mai 2005 2 10 /05 /mai /2005 00:00
--> 28/05, record de chaleur battu à Strasbourg (32.2°C)
Repost 0
10 mai 2005 2 10 /05 /mai /2005 00:00

                RECORDS DE CHALEUR POUR UN MOIS DE MAI        

 Le 27/05/2005 a été une journée très chaude, voici les records enregistrés par Météo-France :

Boulogne/mer 31,2°C || ancien record : 29,6 25 Mai 1953
Bourg Saint Maurice 31,3°C = ancien record du 29 Mai 2001
Cambrai 30,8°C || ancien record : 30,1 13 Mai 1998
Colmar 32,8°C || ancien record : 31,8°C 13 Mai 1969
Dieppe : 32,3°C || ancien record : 29,2°C du 13 MAI 1969
Evreux 30°C || ancien record : 29,7°C 7 Mai 1976
Gueret 30,8°C || ancien record : 29,2°C 26 Mai 2005
Le Touquet : 31°C || ancien record : 29,1°C du 13 Mai 1969
LILLE : 31,7°C || ancien record : 30,9°C du 12 mai 1998
Orléans 32,7°C = ancien record : 31°C du 25 Mai 1953
Paris Orly 31,5°C || ancien record : 30,6 8 Mai 1976
Romorantin 32,3°C || ancien record : 31,6°C 31 Mai 1992
St Etienne 31,3°C || ancien record : 30,8 30 Mai 1992
Trappes : 30,8°C || ancien record : 29,9 14 Mai 1992
Troyes 31°C || ancien record : 30,1 8 Mai 1976
Villacoublay 30,6°C || ancien record : 29,8°C 25 Mai 1953

Repost 0
9 mai 2005 1 09 /05 /mai /2005 00:00

Sécheresse 2004/2005 : bilan au 21 mai 2005    

 

Bilan pluviométrique
Les cumuls de précipitations relevés entre le début du mois d’octobre 2004 et la fin du mois de mars (saison hydrologique, période propice à la recharge des réserves) ont été inférieurs à la normale sur une très large majorité du pays.
Seuls, le Roussillon, le sud de Midi-Pyrénées, l'Auvergne, l'ouest de Rhône-Alpes et le sud de la Bourgogne ont connu des cumuls supérieurs à la normale.
Sur le nord de la Bretagne, le Centre ainsi que de l'Alsace à la Franche-Comté, les précipitations ont été assez proches de celles habituellement observées sur cette période.
Partout ailleurs, le bilan pluviométrique a été largement déficitaire, tout particulièrement sur la Picardie, Champagne-Ardenne, le nord de la Lorraine, le Pays-de-la-Loire, Poitou-Charentes, l'Aquitaine, le nord de Midi-Pyrénées, le Languedoc et Provence-Alpes-Côte-d'Azur. Sur certaines de ces régions, les précipitations recueillies durant la saison hydrologique ont été proches de la moitié des cumuls habituellement relevés.

Au cours du mois d’avril, les précipitations ont été assez contrastées. Certaines régions ont subi des pluies relativement importantes tandis que le déficit pluviométrique persistait ailleurs.
Les précipitations ont été significatives sur le Limousin, l’Auvergne, le nord de Rhône-Alpes, la Franche-Comté, le sud de la Lorraine ainsi que sur l’ouest des Pyrénées et le sud de l’Aquitaine.
Elles sont restées très faibles sur le Pays-de-la-Loire, Poitou-Charentes, le Centre, l’Ile-de-France ainsi que sur le Languedoc-Roussillon et l’est de Provence-Alpes-Côte-d’Azur.

Depuis le début du mois de mai, les précipitations ont été globalement peu abondantes, inférieures à 50 mm sur la grande majorité du territoire.




Bilan hydrologique

Le déficit de précipitations constaté durant la saison hydrologique sur la majorité du territoire entraîne un remplissage des nappes souterraines sensiblement inférieur à la normale sur de nombreuses régions. Seules les nappes les plus réactives ont profité des précipitations les plus récentes.

Au 21 mai 2005, la carte d’humidité des sols présente toujours un bilan contrasté. Si la situation s’est légèrement améliorée sur un certain nombre de régions sensibles au cours des dix derniers jours, les sols superficiels restent toutefois particulièrement secs sur l’Oise et l’Aisne, l’Ille-et-Vilaine, la Loire-Atlantique, le Maine-et-Loire, les Deux-Sèvres, la Vienne, l’Indre-et-Loire, le Loir-et-Cher, la Charente-Maritime, le Lot-et-Garonne, le Tarn-et-Garonne, le nord de la Haute-Garonne et le Tarn.
Dans le Sud-Est, la situation s’est plus nettement améliorée même si les sols restent relativement secs pour cette période de l’année.
Enfin, dans le triangle formé par le Limousin, l’Alsace et la région Rhône-Alpes, les sols superficiels restent assez bien humidifiés.




 

Repost 0
8 mai 2005 7 08 /05 /mai /2005 00:00
  Actu internationale / Asie -Pacifique   


Nouvelle-zélande
Inondations : l’état d’urgence déclaré près de Tauranga

Le déluge qui s’est abattu sur la région de Tauranga et de la Bay of Plenty a provoqué des inondations et des glissements de terrain. Au moins deux cents personnes ont été forcées de quitter leurs maisons.

310 millimètres de pluie en 24 heures ! Un sinistre record qui a obligé plus de deux cents habitants du village de Matamata, au sud de Tauranga à abandonner leurs domiciles. Plusieurs maisons entièrement ou partiellement détruites, des voitures et des caravanes emportées, le réseau routier endommagé, les premières estimations des inondations de mardi se chiffrent déjà en dizaine de millions de dollars.
C’est un véritable déluge qui s’est abattu sur la région située sur la Côte est, à environ 250 kilomètres au sud d’Auckland. 97, 2 millimètres de pluie sont tombés en seulement deux heures. Conséquences de ces pluies torrentielles : rivières en crue et glissements de terrain. Le village de Matamata situé au bord de l’océan a été plus particulièrement touché.
« J’ai vu une voiture avec ses lumières intérieures flotter dans la mer », a témoigné un des habitants du village.
« Des torrents de boue, de troncs d’arbres et d’eau ont dévalé des montagnes. Quatre de nos cinq caravanes ont traversé la route et sont parties à la dérive en mer », ajoute la fille du gérant d’un camping.
Les habitants de Matamata contraints d’abandonner leurs domiciles ont trouvé refuge dans le village voisin de Whakatane où des bénévoles de la Croix-Rouge les ont pris en charge.

Repost 0
7 mai 2005 6 07 /05 /mai /2005 00:00
Sécheresse 2004/2005 : bilan au 11 mai 2005    

 

Bilan pluviométrique

Les cumuls de précipitations relevés entre le début du mois d’octobre 2004 et la fin du mois de mars (saison hydrologique, période de recharge des réserves) ont été inférieurs à la normale sur une très large majorité du pays. Seuls, le Roussillon, le sud de Midi-Pyrénées, l'Auvergne, l'ouest de Rhône-Alpes et le sud de la Bourgogne ont connu des cumuls supérieurs à la normale. Sur le nord de la Bretagne, le Centre ainsi que de l'Alsace à la Franche-Comté, les précipitations ont été assez proches de celles habituellement observées sur cette période. Partout ailleurs, le bilan pluviométrique a été largement déficitaire, tout particulièrement sur la Picardie, Champagne-Ardenne, le nord de la Lorraine, le Pays-de-la-Loire, Poitou-Charentes, l'Aquitaine, le nord de Midi-Pyrénées, le Languedoc et Provence-Alpes-Côte-d'Azur. Sur certaines de ces régions, les précipitations recueillies durant la saison hydrologique ont été proches de la moitié des cumuls habituellement relevés.

Depuis début avril, les précipitations ont été assez contrastées, certaines régions subissant des pluies relativement importantes tandis que le déficit pluviométrique persistait ailleurs. Les précipitations ont été significatives sur le Limousin, l’Auvergne, le nord de Rhône-Alpes, la Franche-Comté, le sud de la Lorraine ainsi que sur l’ouest des Pyrénées et le sud de l’Aquitaine. Elles sont restées très faibles sur le Pays-de-la-Loire, Poitou-Charentes, le Centre, l’Ile-de-France ainsi que sur le Languedoc-Roussillon et l’est de Provence-Alpes-Côte-d’Azur.



Bilan hydrologique

Au 11 mai 2005, la carte d’humidité des sols présente toujours un bilan contrasté. La situation s’est toutefois dégradée sur l’ensemble du territoire au cours des dix derniers jours. Les sols superficiels sont exceptionnellement secs sur l’Oise et l’Aisne, l’Ille-et-Vilaine, la Loire-Atlantique, le Maine-et-Loire, les Deux-Sèvres, la Vienne, l’Indre-et-Loire, la Charente-Maritime, le Lot-et-Garonne, le Tarn-et-Garonne, le nord de la Haute-Garonne, le Tarn, les Bouches-du-Rhône et l’ouest des Alpes-de-Haute-Provence le Vaucluse et le Var. Ils sont par contre sensiblement plus humides que la normale dans le triangle formé par le Limousin, l’Alsace et la région Rhône-Alpes.




 

Repost 0